Shane Tan provides insight into his working method

Shane Tan donne un aperçu de sa méthode de travail

Je pourrais être sur Netflix en train de regarder un film de fin de soirée maintenant, mais non, un gars qui dirige une société de publication aux Pays-Bas décide d'envahir ma vie privée et exige avec force que je révèle mes techniques de peinture. Eh bien, pour être honnête, il n'y a pas de technique spéciale ou secrète que j'utilise. Tous ceux qui liront ceci seront déçus. Donc, pour satisfaire les besoins de mon harceleur longue distance, j'ai décidé de rédiger un compte-rendu de mes «techniques» ou de leur absence.

Tout d'abord, mon thème est et sera toujours le style japonais. Bien sûr, certains des sujets historiques ou mythiques que je peins remontent à la Chine ancienne. Certains ont même des racines hindoues. Mais j'essaie de pencher vers l'interprétation japonaise. C'est très difficile en tant que non-Japonais d'essayer de peindre dans ce style, mais j'aime le défi. Je suis très influencé par des maîtres comme Kuniyoshi, Kunisada, Kano Hogai, Hokusai, Kyosai et Kuniteru qui est mon préféré actuellement. Il a fait une poignée d'imprimés avec un fond très sombre et ils sont tellement parfaits pour les dessins de tatouage.

J'ai tatoué pendant 16 ans et peint pendant environ 3 ou 4 ans, donc ma peinture est en quelque sorte influencée par mon tatouage. Bizarrement, plus je peins, moins j'ai envie de tatouer. Étant un peintre novice, je suis encore très en phase d'apprentissage, veuillez donc pardonner mon ignorance. Blâmez André d'avoir eu mauvais goût et de m'avoir demandé d'écrire ceci.

Commençons donc, je veux revenir à mon Netflix dès que possible.

Voici les médias que j'utilise :

  • Aquarelle liquide (Dr ph martins Hydrus et Pébéo Colorex)
  • Marqueurs Copic
  • Encre de Chine Talens
  • Pigments en poudre avec un liant aquarelle
  • Acrylique liquide (pour les contours lorsque je travaille avec Copic)
  • Papier mixte Daler Rowney 250g (pour copic)
  • Saunders HP 300g, 100 % coton, papier aquarelle

[ J'aime envelopper mes pinceaux avec un bandage. Je suis trop habituée à tatouer avec des poignées de 30 mm, alors j'essaie constamment d'avoir la même sensation de tenir une poignée même lorsque je peins. Je l'aime bien et épais. Cela semblait étrange, mais vous savez ce que j'essaie de dire. ]

[ Aux Tweakers parmi nous : ce paquet bleu de poudre que vous regardez n'est pas la méthamphétamine bleue de Heisenberg… arrêtez de fantasmer. ]

J'ai acheté un ensemble de pigments en poudre à Kyoto et j'ai essayé de mélanger des tons de terre dilués. Vous pouvez faire beaucoup de choses avec la densité lorsque vous mélangez vos propres pigments.

Ma femme m'a offert ce chevalet pour l'un de mes anniversaires et nous avons finalement obtenu un plateau blanc d'Ikea et l'avons percé sur le chevalet. Il n'y avait pas de table à dessin toute faite que j'aimais, alors nous avons décidé de faire du bricolage et de réparer la nôtre.

Et maintenant, la moitié d'entre vous s'endorment probablement et l'autre moitié a décidé de continuer à lire dans l'espoir de découvrir quelque chose d'assez précieux pour en parler à vos enfants. Je vais continuer à écrire parce que je suis très déterminé à finir ça ce soir et à continuer à regarder mon film.

Mon processus de peinture comporte quelques étapes. J'esquisse généralement l'idée avec un crayon rouge ou un marqueur de couleur claire sur n'importe quel papier qui traîne. Habituellement, les papiers qui sont à portée de main sans que je me lève soient utilisés en premier. 9 fois sur 10, je commence mes dessins sur du papier pour imprimante, même si je viens d'acheter un bloc-notes cher, c'est toujours le putain de papier pour imprimante que je finis par utiliser. Je déteste dessiner dessus parce qu'il est trop lisse et qu'il grince parfois contre le crayon. Ouais mon papier hurle. Que fait le vôtre ?

Mes idées viennent de livres, d'images que j'ai collectées lors de mes voyages et bien sûr d'Internet mortel. Ces jours-ci, beaucoup de mes recherches viennent d'Internet, j'ai un peu honte. Mais j'ai une bibliothèque de livres que j'ai rassemblés au fil des ans et je m'y réfère toujours. Même avec la commodité de Google, ces livres sont une partie essentielle de mon brainstorming de conception.

Revenons maintenant au croquis. Une fois que j'ai compris ce que je veux peindre, le premier croquis du squelette est fait en une heure ou deux environ, très grossier et désordonné. Et puis j'enchaîne avec une deuxième couche avec un marqueur plus foncé ou un crayon 4b et affine un peu les détails. Celui-ci est généralement dessiné sur un papier copieur A4 ou A3. Les criards. Et puis la troisième couche est finalisée sur un papier calque, et j'y jette quelques motifs de tissus et des détails plus fins. C'est donc 3 couches de la même image. A présent, j'ai trouvé les lignes finales pour tout sauf l'arrière-plan. Parfois, j'utilise une autre feuille de papier calque et travaille sur le fond. Une fois que j'ai terminé, je le gonfle avec une imprimante à la taille que je veux, j'utilise une boîte à lumière et je trace le dessin sur le papier aquarelle ou mixte. Je travaille beaucoup avec un copieur/imprimante pour redimensionner mes images entre les différentes couches de croquis.

[Processus d'esquisse étape un et deux]

 

Si j'utilise des marqueurs copic, je trace d'abord les lignes de mon croquis sur le papier technique mixte à l'aide d'un stylo gris, remplis toutes les couleurs, puis refait les mêmes lignes vers la fin pour qu'elles chevauchent tout le reste.

Pour l'aquarelle, je viens de la doubler une fois en gris foncé ou en noir au début et je peins autour et par-dessus. Habituellement, les couleurs ne brouillent pas les lignes car je trace avec de l'encre de chine talens et cela ne se lave pas avec de l'aquarelle, mais j'ai un peu saigné lorsque j'utilise du copic sur de l'encre de chine, même si je laisse l'encre de chine sécher pendant quelques jours.

Je ne dessine pas directement sur le papier aquarelle parce que j'ai des compétences de merde pour dessiner et je fais constamment des erreurs, donc je ne veux pas trop tacher le papier avec des marques de gomme et des indentations au crayon. J'aime travailler avec des calques car je peux améliorer et affiner mon design avec chaque calque. De plus, je n'ai généralement pas beaucoup de délais pour peindre, alors je prends mon temps pour tout. Je connais beaucoup d'artistes qui peuvent spontanément esquisser des trucs sans préparation et les peindre tout de suite sans faire de modifications mais je n'ai pas cette chance. J'apprends lentement et je fais trop d'erreurs, donc je prends deux fois plus de temps à créer des designs, lentement mais prudent.

Les gens me demandent ce qui se passe quand tu fais une erreur ? Quelle méthode de récupération existe-t-il? Il existe une méthode et elle fonctionne à chaque fois. Regardez attentivement votre stupide erreur, respirez profondément, jurez dans la langue qui vous convient le mieux, déchirez rapidement ce foutu papier et recommencez. Je pense avoir jeté plus de tableaux que j'en ai collecté. Ma femme panique tout le temps. Elle voit une peinture à moitié terminée, commence à l'apprécier et le lendemain matin, elle est partie parce que je suis devenu négligent et j'ai fait une éclaboussure indésirable de merde. Ces jours-ci, elle me met en garde de ne rien détruire.

Pourquoi est-ce que je bascule entre Copic et Aquarelle ? Eh bien, j'essaie d'apprendre de nouvelles techniques. Avec l'aquarelle et un pinceau fin, je peux obtenir une précision de trait fin, mais le copic est généralement livré avec une pointe de pinceau plus épaisse et il y a toujours le problème de saignement et de débordement. Je ne connais pas le terme exact pour quand votre encre coule plus que souhaité et s'étend hors de la zone prévue, j'utilise donc le mot "débordement".

Je peux changer la pointe du pinceau Copic pour une plus petite mais elle n'est jamais assez fine. J'ai appris à gérer ce « phénomène de débordement » du copic en le vidant ou en l'essuyant un peu, avant de travailler sur des zones de détail ou des traits fins. C'est un gaspillage d'encre, je sais. Mais avec un Copic à moitié vide, j'ai une meilleure chance de garder toute l'encre où je le veux.

 [ Ce gars-là en a fini avec Copic. J'ai fait les traits des vagues avec un stylo copic, taille 0.8 je crois et le sujet principal est doublé d'acrylique liquide. ]

 

La moitié de ce que je peins est de mémoire ou d'imagination et l'autre moitié est basée sur beaucoup de références. Je ne copie jamais vraiment directement mais je suis de près certains chefs-d'œuvre Ukiyo-e. J'ai le plus grand respect pour les maîtres anciens et j'essaie d'apprendre en étudiant et en comprenant leur style. Je recrée des chefs-d'œuvre Ukiyo-e et essaie d'y ajouter une touche personnelle. Je crois qu'avant de créer quelque chose d'original, je dois acquérir suffisamment de connaissances et d'expérience par la pratique. C'est comme jouer de la musique. La plupart des groupes commencent par reprendre des chansons avant de faire une piste originale. Cela s'applique également à de nombreuses autres formes d'art. Tout le monde travaille différemment, il est donc très important pour moi de découvrir quelles sont mes capacités et à quel point je dois me dépasser.

[ J'ai commencé avec une encre de Chine Talens diluée pour les traits et des aquarelles liquides pour tout le reste ]
 

Vous lisez toujours ? Eh bien, continuons.

J'ai exploré l'aquarelle un peu plus récemment. Copic est très cohérent et donne de l'intensité et de l'impact à mes créations en raison des couleurs vives, mais il y a des moments où je veux obtenir un look légèrement plus vintage et avec les aquarelles, la forme d'encre liquide, je peux vraiment obtenir cet effet en le diluant avec de l'eau ou des tons ternes. (Par exemple, sépia et tourterelle grise) Le produit global devient beaucoup plus doux que Copic. Le moindre changement de densité d'encre peut créer un effet totalement différent. Copic est disponible dans de nombreuses nuances prêtes à l'emploi, mais avec l'aquarelle, je peux mélanger mon propre mélange. Cela prend du temps et je m'en plains tout le temps mais j'adore créer mon propre cocktail de couleurs. En fait, au cours des derniers mois, j'ai rassemblé quelques bouteilles de tons de terre dilués qui sont prêts à l'emploi.

Je suppose que mon objectif a toujours été de mieux comprendre mes médias. Pour une raison quelconque, il y a toujours une nouvelle façon de faire les choses. Chaque tableau m'apprend quelque chose et chaque erreur révèle un nouveau chemin. Je ne cesserai jamais d'apprendre car quand on pense qu'on sait tout, on ne sait rien. La soif d'apprendre me donne force et motivation. Pour moi, ce n'est que le début de mon voyage et je suis reconnaissant de cette opportunité d'en partager un aperçu avec vous.

J'espère que vous avez apprécié cette lecture car cela m'a coûté beaucoup de temps sur Netflix

.

[ J'ai commencé avec une encre de Chine Talens diluée pour les traits et des aquarelles liquides pour tout le reste ]

 

Vous lisez toujours ? Eh bien, continuons.

J'ai exploré l'aquarelle un peu plus récemment. Copic est très cohérent et donne de l'intensité et de l'impact à mes créations en raison des couleurs vives, mais il y a des moments où je veux obtenir un look légèrement plus vintage et avec les aquarelles, la forme d'encre liquide, je peux vraiment obtenir cet effet en le diluant avec de l'eau ou des tons ternes. (Par exemple, sépia et tourterelle grise) Le produit global devient beaucoup plus doux que Copic. Le moindre changement de densité d'encre peut créer un effet totalement différent. Copic est disponible dans de nombreuses nuances prêtes à l'emploi, mais avec l'aquarelle, je peux mélanger mon propre mélange. Cela prend du temps et je m'en plains tout le temps mais j'adore créer mon propre cocktail de couleurs. En fait, au cours des derniers mois, j'ai rassemblé quelques bouteilles de tons de terre dilués qui sont prêts à l'emploi.

Je suppose que mon objectif a toujours été de mieux comprendre mes médias. Pour une raison quelconque, il y a toujours une nouvelle façon de faire les choses. Chaque tableau m'apprend quelque chose et chaque erreur révèle un nouveau chemin. Je ne cesserai jamais d'apprendre car quand on pense qu'on sait tout, on ne sait rien. La soif d'apprendre me donne force et motivation. Pour moi, ce n'est que le début de mon voyage et je suis reconnaissant de cette opportunité d'en partager un aperçu avec vous.

J'espère que vous avez apprécié cette lecture car cela m'a coûté beaucoup de temps sur Netflix

.

[Principalement format A2, Copic]

[ps. De manière réaliste, si vous n'utilisez pas votre cœur, il n'y a rien pour pomper le sang vers votre cerveau et vos mains ne fonctionneront pas parce que votre cerveau est perturbé par le manque de sang contenant de l'oxygène et des nutriments dont vous avez besoin. Ouais je sais, j'ai dû te gâcher ce moment poétique. La vie est comme ça pourtant. ]

 

    Article précédent
    Article suivant
    Fermer (esc)

    Vacances d'été

    Nous sommes absents du bureau en raison des vacances d'été du 19 juillet au 2 août // Date limite de commande vendredi 16 juillet, 13h00, heure d'Europe centrale // Veuillez noter que les commandes seront traitées à notre retour.

    Verification de l'AGE

    En cliquant sur Entrée, vous vérifiez que vous êtes en âge de consommer de l'alcool.

    Recherche

    Panier

    Votre panier est vide.
    Boutique